mercredi 5 février 2020

La pensée unique

Visiblement ébranlé par les messages antimusulmans laissés sur sa page Facebook (« je leur pisse au visage », « ces osties de bâtards là »), le premier ministre François Legault a quand même voulu se montrer rassurant : « Je continue de dire que les Québécois ne sont pas racistes ou islamophobes. » Quelques minutes plus tard, il sentait le besoin d’enfoncer le clou : « Cette haine n’est pas celle du Québec. »
À l’instar de leur chef, les Québécois sont, c’est bien connu, « du bon monde ». Ouverts, curieux, chaleureux, pas compliqués. Je le pense aussi. Il y a quelque chose dans le fabuleux destin qui est le nôtre — le fait d’être d’abord « nés pour un petit pain » puis d’avoir soudainement été promus, dans les années 1960-1970, à « quelque chose comme un grand peuple » — qui donne, avouons-le, de bons résultats. Seulement, de là à en faire une obsession — après le bon Sauvage de Jean-Jacques Rousseau, voici le bon Québécois de François Legault —, il y a une limite à ne pas franchir.
À force de vouloir nous gaver de « fierté » québécoise, le PM ne nous rend pas nécessairement service. C’est tout le contraire. Ce discours sert trop souvent à occulter de véritables problèmes, quand ce ne sont pas ceux du gouvernement lui-même. La conférence de presse à laquelle M. Legault prenait la parole, vendredi dernier, ne cherchait pas à savoir si les Québécois étaient, oui ou non, d’honorables gens. On voulait savoir ce que le chef du gouvernement entendait faire face à cette éruption inquiétante de messages haineux, qui d’ailleurs le prenait lui-même de court.
Bien que ces messages soient écrits par des trolls, des gens qui n’ont pas le courage de se nommer, il s’agit quand même de personnes qui se sentent autorisées à écrire des commentaires sur un espace réservé au premier ministre. Pour se donner la permission de jouer dans de telles platebandes, il faut toujours bien ne pas se sentir seul de sa gang. Comme le dit Benjamin Ducol du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, Internet n’agit pas seulement comme « défouloir » pour quelques têtes brûlées, quelques pauvres imbéciles qu’on peut s’empresser d’oublier. Il agit comme « trame d’arrière-fond » donnant à de plus en plus de gens la permission d’en faire autant : « Je peux le dire puisque tout le monde le dit sur Internet », précise le chercheur.
De plus, le Québec a été le théâtre, il y a trois ans, d’un des pires attentats antimusulmans en Occident. Il ne s’agit pas, là non plus, d’un acte isolé. De 2016 à 2017, les actes haineux ont explosé partout au Canada, mais nulle part plus qu’au Québec — à l’égard des musulmans notamment. Selon Statistique Canada, il y a eu une augmentation des crimes haineux de 49 % au Québec, contre 47 % pour l’ensemble du pays. Dans la foulée de la tuerie à la mosquée de Québec, en janvier 2017, les incidents islamophobes ont triplé dans la province, rapporte une étude de la Commission des droits de la personne. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg puisque de « 98 à 99 % des incidents concernant des actes haineux ne sont jamais rapportés à la police ».
Alors, d’où vient cette fâcheuse tendance à vouloir noyer le poisson de l’intolérance ? Devant autant de chiffres et de gestes troublants, pourquoi ce déni du problème ? En ce qui concerne la montée de l’extrême droite, du populisme, d’une forme d’anxiété vis-à-vis de l’islam ou de l’immigration, « le Québec a les mêmes défauts que beaucoup de ses voisins », explique M. Ducol. On pourrait même soupçonner le Québec d’être l’un des endroits en Amérique du Nord où les préjugés antimusulmans sont les plus tenaces. Il est aussi l’endroit où des politiques gouvernementales — qu’il s’agisse de la charte des valeurs québécoises ou de la loi interdisant les signes religieux — ont donné lieu à des insultes et à des agressions physiques, rien de moins.
Pourquoi faire comme si tout cela n’existait pas ? Pourquoi s’empresser de rappeler la vertu inhérente des Québécois quand il s’agit justement du contraire, de vices persistants et réels ?
Et si la véritable rectitude politique était celle-là, et non celle dont on accuse les universités à l’heure actuelle ? Il n’y a pas plus « vache sacrée » que le mythe entretenu du Québécois « méritant », qui n’en veut à personne, qui veut seulement garder ses traditions et sa place au soleil. On tombe aujourd’hui à bras raccourcis sur le « dogmatisme universitaire » (de gauche), supposément en train de neutraliser tous véritables débats sur les campus, alors que la vraie « dictature de la pensée », celle qui se retrouve pas seulement dans les universités mais partout, concerne l’innocence intrinsèque des Québécois francophones.
C’est cette obsession-là qui explique pourquoi on a mis 25 ans à reconnaître la tuerie de Polytechnique pour ce qu’elle est, un crime contre les femmes, et que, trois ans après une autre tragédie du même type, la communauté musulmane attend toujours qu’on la rassure sur son sort.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire