mercredi 17 mai 2017

Montréal, mon amour

J’ai d’abord aimé Montréal pour ses souliers. À 15 ans, je faisais des pèlerinages à la Place Ville-Marie uniquement pour tâter la sophistication d’une grande ville du bout des doigts. Je venais en autobus d’Ottawa, en compagnie d’une petite amie assoiffée de beau linge, elle aussi, pour goûter à tout ce qui manquait à nos vies : les gratte-ciel, les trottoirs bondés, le beau monde et le français comme monnaie d’échange — une langue qu’on n’était pas obligées de faire semblant de ne pas connaître ici. Mais ce sont les chaussures qui, moi, m’impressionnaient le plus. On mesure la stature de quelqu’un par ses godasses, dit-on. Pour moi, la beauté de cette ville se mesurait au raffinement de ses étalages podiatriques. Sans savoir grand-chose de son histoire, de ses missionnaires, de ses bombes ou de sa croix, Montréal me fascinait.

J’ai aimé Montréal ensuite pour ses grosses saucisses polonaises, son cinéma Mon Amour et le théâtre permanent qu’était le boulevard Saint-Laurent. C’était 10 ans plus tard et j’habitais maintenant la « plus grande ville francophone d’Amérique », mais je déambulais sur la Main, cette artère de tous les combats et de toutes les dérives, en parfaite immigrante, n’osant m’aventurer ni trop à l’est ni trop à l’ouest, m’accrochant à l’épine dorsale de la métropole comme à une bouée, les yeux gros comme des vingt-cinq sous. J’adorais ce que je voyais.

J’ai aimé et j’aime toujours Montréal parce que c’est possiblement l’espace culturel le plus compliqué et le plus dense au monde. Nommez-moi une autre ville où vous trouvez tout ce qu’il faut pour maintenir une culture — des radios, des journaux, des livres, des écoles et, bien sûr, une masse critique de gens capables de produire tout ça — et, en tournant le coin, tout ce qu’il faut pour maintenir une tout autre (grande) culture. Ça vous fait suer, je sais. La cohabitation de l’anglais et du français n’a jamais été chose facile. Mais, si je peux me permettre, à ceux qui se plaignent de l’anglicisation galopante de Montréal, ça paraît que vous n’avez jamais habité Ottawa, Moncton ou Saint-Boniface.

Non pas qu’il faille cesser d’être vigilants, oublier qu’on est ici comme « un cube de sucre à côté d’un litre de café », être des Canadiens plutôt que des Québécois. Pas du tout. Mais quand soulignera-t-on enfin cette bipolarité pour ce qu’elle est ? Pas seulement une menace, mais un atout majeur ; pas seulement une curiosité, mais l’âme même de Montréal ! Imaginez : cette ville a abrité Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque, Leonard Cohen et Richard Desjardins, Beau Dommage et Arcade Fire, Mordecai Richler et Pierre Falardeau. Tout un party ! Il faudrait pouvoir le célébrer.

Comme Elizabeth Taylor et Richard Burton qui se sont rechoisis après avoir divorcé, je suis fière de dire que j’ai choisi cette ville trois fois plutôt qu’une. Une première fois après des études à Ottawa et ailleurs au Canada, suivies d’une année en Europe, une seconde fois après avoir vécu deux ans à Québec et une troisième fois après six ans à Toronto. Montréal, qu’est-ce que vous voulez, c’est moi. Francophone, comme j’ai besoin de l’être, mais sans monothéisme, sans uniformité de pensée ou de culture. Et puis, profondément américaine.

La première fois que j’ai mis les pieds sur le sol de mes quadrisaïeuls, j’ai immédiatement senti mon appartenance au Nouveau Monde. On est peut-être un brin brouillons ici, un tantinet échevelés en comparaison des habitants du Vieux Continent, aux longues traditions, aux strictes prescriptions langagières, vestimentaires et alimentaires, mais on a l’impression, sans doute comme Samuel de Champlain avant nous, que tout est encore possible. Que tout peut encore arriver. Il faut croire que les milliers de jeunes Français qui élisent aujourd’hui domicile à Montréal le pensent aussi.

Il y a longtemps que j’aime cette ville et, pour ne jamais l’oublier, je serai là ce soir pour voir son plus beau symbole, le pont Jacques-Cartier, s’illuminer. Non, ce n’est pas du fla-fla trop cher payé. C’est une mise en scène à la mesure des rêves qui l’ont vu naître, à la hauteur des sacrifices et des labeurs qui nous ont portés jusqu’ici. Il faut savoir fêter et, oui, dépenser de l’argent, pour ce qui ultimement n’a pas de prix.

mercredi 10 mai 2017

L'inatteignable étoile

Ouf ! Le soupir de soulagement était pratiquement audible, dimanche dernier, à la suite de la haletante présidentielle française. D’un côté de l’Atlantique comme de l’autre, on applaudit celui qui vient de sauver la France des méandres du nationalisme blanc, étriqué et xénophobe. L’honneur est sauf, l’espoir renaît, l’extrême droite refoule, l’Europe revit.

Mais ne nous emballons pas trop vite. Emmanuel Macron n’a rien fait, pour l’instant, qui change quoi que ce soit aux phénomènes qui, tant à gauche qu’à droite, inquiètent. Il a seulement réussi à «?planter?» tous ceux qui avaient énormément plus d’expérience que lui. En ce sens, il a largement profité du cynisme qui pourrit la politique aujourd’hui. Mais pour ce qui est de sa promesse phare, celle qui, à l’instar de Barack Obama en 2008, fait mouiller les yeux et vibrer les médias, celle de la mythique réconciliation gauche-droite, des élites et des laissés-pour-compte, de la finance et de l’écologie, aussi bien le dire tout de suite : c’est de la poudre aux yeux.

Il y a deux grandes questions qui occupent aujourd’hui la vie politique, pas seulement en France, mais partout en Europe et en Amérique du Nord. La mondialisation, dont on commence juste à comprendre l’aspect toxique, et l’immigration, qui, même dans des pays qui en ont fait un fleuron national, comme les États-Unis et le Canada, n’est pas sans susciter des relents chauvins troublants. La colère de l’homme blanc, celle qui nous a donné l’invraisemblable Donald Trump et l’impensable Brexit, est issue directement d’une combinaison de ces deux phénomènes.

Or, si immigration et mondialisation sont incontestablement les phénomènes de l’heure, l’élection d’un homme dit « de centre » ne change rien aux tensions qui en découlent. D’abord, ces deux grandes questions ne divisent pas les forces politiques simplement en deux : ceux qui sont pour le libre-échange et l’immigration, comme Macron, et ceux qui sont contre, comme Le Pen. Comme l’explique le politicologue français Thomas Guénolé, ces deux phénomènes redécoupent les systèmes politiques aujourd’hui en quatre grands blocs.

D’abord, il y a les libéraux, ceux qui, comme Macron, Trudeau, Obama et Hillary Clinton, sont promondialisation et pro-immigration. Deuxièmement, on trouve les conservateurs, ceux qui, comme les Tories au Royaume-Uni, les républicains aux États-Unis ou le PCC au Canada, sont promondialisation mais anti-immigration. Ensuite, il y a les socialistes, les Bernie Sanders, Jeremy Corbyn, Jean-Luc Mélenchon… qui sont contre la mondialisation « sauvage » mais pour les minorités. Finalement, vient le tout nouveau « bloc xénophobe », comprenant ceux qui, comme Donald Trump, Nigel Farage et Marine Le Pen, sont contre la mondialisation et contre les minorités.

Dans l’épique combat pour la présidentielle française, il était tentant de voir le candidat pro-Europe et pro-immigration comme l’homme de l’espoir et du bond en avant. En politique, mieux vaut être « pour » que « contre », parler de ce qui nous unit plutôt que de ce qui nous divise. Macron était tout ça (en plus d’être jeune, photogénique et tout neuf sur la scène politique) alors que Le Pen incarnait exactement le contraire : le ressentiment, la négativité et le retour en arrière. Mais la réalité est en fait plus compliquée.


Comme le démontrent les blocs politiques de Guénolé, derrière la devanture fort agréable d’En marche ! grouillent un ressentiment et une colère comparables à ce qui nourrit le mouvement de Marine Le Pen. La position favorable à l’Europe est un bon exemple. Trente ans après sa création, on voit deux visages très distincts se profiler à l’intérieur de l’Union européenne. L’un est lié à la libre circulation des personnes, c’est le visage de la compassion et de la solidarité. C’est Angela Merkel qui ouvre les bras à 80 000 réfugiés syriens. Le second, lié à la libre circulation des biens, est autrement plus dur, plus conservateur. C’est la même Merkel qui tort ici le bras de Syriza, en Grèce, pour qu’il accepte les mesures d’austérité, clairement impassible devant la misère humaine et la dévastation économique que ces mesures ont créées.

Loin de réaliser une « révolution », Emmanuel Macron est d’abord et avant tout l’homme du statu quo économique, qui ne fera qu’alimenter la grogne de ceux qui regardent, impuissants, les élites et les multinationales dicter les règles du jeu. Ou, comme le dit un membre du Parti socialiste, Guillaume Balas, « les classes dirigeantes ont trouvé un instrument formidable pour assurer la continuité de leur pouvoir dans un moment de trouble immense ».

Attendez-vous à ce que les casseroles reprennent du service.

mercredi 3 mai 2017

Les pyromanes

« Cest comme si on nommait un pyromane au poste de pompier en chef. » L’élection de l’Arabie saoudite à la Commission des droits des femmes de l’ONU soulève l’indignation depuis une semaine. Une pétition circule d’ailleurs pour exiger l’annulation du vote. Comment le « régime le plus misogyne au monde » peut-il devenir membre d’un comité voué à « la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes » ?

L’Arabie saoudite est le seul pays qui interdit la conduite automobile aux femmes en plus d’exiger qu’elles soient parrainées par un homme à tous les moments de leur vie. Un homme décide si une femme peut étudier, travailler, voyager, se marier et, même, avoir accès à des soins de santé. Une première rencontre du « Conseil des filles », tenue le mois dernier à Riyad, photos et tambours publicitaires à l’appui, montre 13 hommes en tenue royale, et aucune femme. Les femmes n’étaient pas exclues, disent les autorités, seulement « confinées dans une salle à part ». Sans photographe, il va sans dire.

Alors, je repose la question, comment le royaume de la ségrégation envers les femmes a-t-il pu être admis à ce haut lieu féministe ? Le vote était secret et aucun des 54 pays membres, dont le Canada, n’a tenu à divulguer son choix — à l’exception de la Belgique, qui dit avoir voté oui « par erreur ». Mais comment est-ce donc possible que la très grande majorité (47 sur 54) ait voté en faveur du régime saoudien ?

« Parce que la politique et les pétrodollars l’emportent sur les principes »,dit le directeur d’UN Watch, Hillel Neuer. C’est l’énorme influence de l’Arabie saoudite au sein de l’ONU qui lui permet d’ailleurs de siéger, depuis déjà 10 ans, à la Commission des droits de la personne. Autre absurdité à laquelle le Canada, à l’époque, ne s’est pas opposé. Le Canada, comme plusieurs pays européens, est un important vendeur d’armes au royaume des Saoud. Ce genre de tour de passe-passe arrange en fait un peu tout le monde. Il confère une légitimité aux régimes autoritaires tout en légitimant le choix des pays démocratiques de faire affaire avec ces mauvais garçons.

Si vous croyez que ce genre d’intronisation peut avoir un effet d’entraînement, argument souvent servi dans des cas pareils, détrompez-vous. « Dix ans à la table de la commission chargée de protéger les droits de la personne n’ont absolument rien changé en Arabie saoudite », dit M. Neuer, dont l’organisme agit comme chien de garde des activités humanitaires de l’ONU. Le pays détient toujours la palme des détentions et des exécutions sommaires, en plus de s’être rendu coupable de violations des droits humains envers les Yéménites, pour ne rien dire de l’emprisonnement de Raif Badawi et de l’arrestation de Manal al-Sherif, la Saoudienne qui a mené en 2011 une campagne Facebook pour apprendre aux femmes à conduire. Une telle décision ne fait que « démoraliser les Badawi et al-Sherif »,de préciser le directeur d’UN Watch. Le régime ayant désormais été sanctifié par la communauté internationale, ces victimes peuvent s’attendre à croupir dans l’isolement encore plus longtemps.

La grossière hypocrisie d’un pays qui prétend que, chez lui, les femmes « sont gâtées » car « elles ont toujours un chauffeur pour s’occuper d’elles » ne devrait pas faire oublier que, chez nous aussi, l’hypocrisie existe. En ce qui concerne l’environnement, en tout cas, c’est à tomber par terre. Après s’être fait une belle jambe sur la scène internationale, exigeant lors du Sommet de Paris une baisse du réchauffement climatique admissible (1,5 plutôt que 2 degrés), le gouvernement Trudeau n’a de cesse aujourd’hui de retourner sa veste.

D’abord, en étant d’accord avec la construction de trois importants pipelines (Trans Mountain, Enbridge et Keystone XL), Trudeau donne le feu vert à l’extraction massive de sables bitumineux garantissant, du même souffle, que les cibles qu’il a lui-même choisies seront inatteignables. Le gouvernement vient ensuite de renier son engagement à réglementer les émissions de méthane, « un gaz à effet de serre au moins 25 fois plus puissant que le CO2 », se conformant ainsi au laisser-faire environnemental prôné par Donald Trump.

« Trudeau dit toujours ce qu’on veut entendre […] et Dieu sait qu’il est agréable à regarder, dit l’environnementaliste américain Bill McKibbenMais en ce qui concerne les changements climatiques, il est le frère de l’homme orange à la Maison-Blanche. » Mais, précise-t-il dans une lettre ouverte (« Arrêtez de vous pâmer pour Trudeau, il est un désastre pour la planète »), en plus hypocrite.