mercredi 29 janvier 2020

À quoi sert Recyc-Québec?

Tout s’apprend. Sauter en parachute, parler mandarin ou manier une cuillère avec ses orteils, s’il le faut. Pourquoi alors n’a-t-on pas appris, depuis 30 ans qu’on en parle, à recycler nos déchets ? Les derniers chiffres sont franchement désastreux. Au Québec, seulement 52 % du papier, du carton, du verre et du plastique et 27 % des matières organiques sont recyclés, selon le dernier bilan. Et cela, sans savoir très souvent, dans le cas des matières sèches, où et comment elles l’ont été.
C’est pourtant ce qu’il y a de plus simple, non ? Dans le grand livre de tout ce qu’il nous reste à apprendre (ou à désapprendre) pour échapper à la fin du monde, trier les déchets paraît aussi élémentaire que d’apprendre à tirer la chasse d’eau à un enfant. Il s’agit d’y penser, d’abord. Avoir des installations sanitaires capables d’en disposer efficacement, ensuite. Et, finalement, de mettre en place un système pouvant remettre en circulation ce qui est récupérable. Or, tout est déficient à l’heure actuelle : les bonnes habitudes, les installations et, surtout, le recyclage proprement dit. Pourquoi donc ?
Créée en 1990 pour « amener le Québec à réduire, à réutiliser, à recycler et à valoriser les matières résiduelles dans une perspective d’économie circulaire », Recyc-Québec est-elle à la hauteur ? On est en droit de se le demander. Sur son site, l’agence gouvernementale se vante, en vidéo, d’avoir vu naître de « saines habitudes », des « milliers d’emplois » et de « nouveaux débouchés ». Cet optimisme béat jure avec le cynisme ambiant des Québécois, dont la moitié n’a aucunement confiance que ses déchets, même déposés aux endroits appropriés, sont en fait recyclés et dont l’autre n’a jamais humé l’intérieur putride d’un bac brun de sa vie.
Force est de constater que la tâche première de Recyc-Québec, l’éducation, laisse à désirer, malgré les efforts louables de Popa (alias Claude Meunier, porte-parole émérite) pour nous déniaiser. Vous le saviez, vous, que le styromousse n’est pas recyclable ? Je l’ai seulement appris récemment. Où sont les panneaux, les explications qui pourraient facilement nous expliquer les hauts et les bas du recyclage ? Sans le débusquer soi-même sur Internet, s’entend. Et qu’est-ce donc que « l’économie circulaire » ? Ces concepts, toujours un peu rebutants pour le commun des mortels, apparaissent soudainement sur la place publique sans que personne ne sente l’obligation d’expliquer de quoi il s’agit.
Le problème avec la question environnementale, c’est qu’elle repose sur un discours d’initiés, les seuls à véritablement comprendre ce qui se passe et, surtout, à comprendre ce qu’il faut faire. Ne disposant pas de l’information nécessaire, le citoyen moyen ne voit jamais la lumière au bout du tunnel, s’enfonçant toujours davantage dans le désoeuvrement ambiant. L’autre problème, plus grave encore, c’est que les solutions à la question environnementale passent par des entreprises privées, pour qui le profit est le premier motivateur. Ajoutons à ce cocktail douteux des gouvernements trop souvent indolents, soulagés de laisser les « intermédiaires » offrir des solutions à leur place, et, presto, vous avez la situation loufoque que nous connaissons aujourd’hui : des citoyens qui comprennent mal ce qu’il faut faire, des entreprises étrangères qui expédient le travail de recyclage à l’autre bout du monde, ayant beau jeu de faire chanter les gouvernements pour toujours plus d’argent, et ces derniers, toujours hésitants à s’en mêler eux-mêmes.
La fermeture des marchés chinois et indien aux denrées recyclées nous force aujourd’hui à revoir ce système abracadabrant, et c’est tant mieux, car il s’agissait ni plus ni moins d’un système de pelletage en règle. Le citoyen qui s’en remet à la municipalité, qui s’en remet au centre de tri, qui s’en remet au recycleur de son choix, une relation d’affaires qui, elle, « n’est pas supervisée par Recyc-Québec, qui ignore combien de courtiers sont sollicités et où se retrouvent les matières qu’on leur confie ».
Mais la farce a assez duré. La « réforme en profondeur », réclamée par plusieurs intervenants, s’impose plus que jamais. Le gouvernement du Québec doit pouvoir contrôler le processus de recyclage de A à Z, selon des normes établies. Un processus qui n’a de sens que s’il reste confiné au Québec. À l’heure actuelle, plus de la moitié des matières recyclées sont expédiées hors frontières.
On doit finalement donner à Recyc-Québec les moyens de ses ambitions en assouplissant les règles internes. L’agence cumule des surplus financiers depuis des années, une taxe sur les pneus neufs assure le plus gros de ses revenus, mais sans pouvoir le réaffecter ailleurs. Pourtant, des campagnes de sensibilisation font cruellement défaut. L’indifférence est notre pire ennemi. Donnons donc à Recyc-Québec le mandat de s’y attaquer. Ça presse.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire