mercredi 23 octobre 2019

Trois Canada

J’écris ces lignes tout en ne sachant pas exactement dans quel pays j’habite ce matin. Oui, les libéraux ont performé mieux que prévu et sauvé la mise in extremis. Seulement, contrairement à ce qu’affirmait leur chef, tard dans la nuit, le pays a rarement été aussi divisé. Au bloc bleu acier que forment à nouveau les provinces des Prairies, il faut ajouter celui du Bloc québécois qui, sous la férule d’Yves-François Blanchet et son « Mêlez-vous de vos affaires », est tout sauf une « vieille pantoufle ». Le pays se réveille aujourd’hui bordé par deux murs de Chine, en fait : un à l’ouest de l’Assiniboine et un autre à l’est de l’Outaouais. Une division plus prononcée encore que ne l’avait connue Trudeau père, lors de son règne.
Le Canada est désormais un pays de trois solitudes. D’abord, Andrew Scheer a raison de rappeler qu’à défaut des sièges convoités, les conservateurs ont remporté le vote populaire : 34.4 % contre 33.1 % pour les libéraux. Ce serait une erreur de rejeter ce bloc conservateur simplement parce que M. Scheer n’a pas su, lui, s’imposer. Cet électorat-là n’est pas sur le point de disparaître, même si l’actuel chef risque de le faire d’ici peu. Jason Kenney aiguise ses couteaux au moment où l’on se parle en vue, justement, d’un match de revanche qui pourrait arriver plus tôt que prévu.
Le tiers du pays représenté par les libéraux, maintenant. Que représente-t-il au juste ? Tout ce qu’il y a de plus vague. N’en déplaise à M. Trudeau, le vote libéral n’a pas tant été un vote « progressiste » qu’un vote par défaut : un vote contre les conservateurs plutôt que pour les libéraux. Aucun des deux grands partis n’a d’ailleurs articulé une vision claire et nette du pays. Ils ne nous ont pas fait miroiter le Canada du XXIe siècle ; ils se sont contentés de faire du surplace en misant sur leur identité respective. Ce fut une campagne où la question identitaire, et pas seulement au Québec, l’a largement emporté sur les projets politiques.
De la part des deux grands partis, il n’y a eu ni grands enjeux discutés ni grandes politiques proposées. L’environnement, qui aurait dû être le débat de l’heure, s’est avéré une patate chaude tant pour les libéraux que les conservateurs — ainsi que pour le Bloc, d’ailleurs. La question de la laïcité, seul véritable point de tension durant la campagne, a été introduite sous la rubrique « pas touche ». Autre débat raté, les partis politiques fédéraux étant priés de s’abstenir. Autrement, ni la question de l’éthique gouvernementale, ni celle de la discrimination raciale, encore moins celle des Autochtones n’ont été abordées. L’avortement ? Le mariage gai ? Des figures de style plutôt que de véritables enjeux. L’immigration, qui cause des remous pas seulement au Québec, mais partout au pays, est restée entièrement à l’ombre de nos jeunes politiciens en fleurs. L’heure était à la dépolitisation de la scène politique.
À défaut de grands projets, les deux grands partis, à l’instar du Bloc qui, lui, empruntait à la CAQ, se sont rabattus sur les bonnes vieilles « valeurs ». Du genre, dis-moi ce que tu portes et je te dirai qui tu es. Plutôt que de choisir entre des idéologies établies, on nous demandait de nous joindre au club qui nous « ressemblait » le plus. Êtes-vous pique-nique en famille ou plutôt trekking au Népal ? Partie de football et verre de bière avec Andrew Scheer ou yoga et thé vert avec Justin Trudeau ? Tim Horton’s ou Starbucks ?
Ce clivage culturel est bien connu des sondeurs qui qualifient les gens aux valeurs davantage conservatrices de « somewhere » (les quelque part), en référence à leur enracinement à un lieu et à la famille et de « nowhere » (les nulle part) ceux qui, en cette ère de mondialisation et de numérisation, ne connaissent plus de frontières. Cette division entre libéraux et conservateurs en est également une de classe sociale, bien entendu, la traditionnelle « classe ouvrière » ayant depuis longtemps migrée vers le PCC.
Et le Bloc québécois dans tout ça ? Le BQ n’est ni plus ni moins qu’un salmigondis de tout ce beau monde — à la fois Canadian Tire et IKEA, Éric Lapointe et Jean Leloup — mais en version pure laine. Après les somewhere et les nowhere, voici les Québec d’abord qui, malgré l’éclat de leur réussite, ne seront pas du tout simples à gérer une fois rendus à Ottawa. En voulant se fondre dans le grand « nous » québécois, le Bloc a grandement contribué à brouiller les frontières idéologiques et à dépolitiser cette campagne électorale. Le fait d’avoir passé rapidement l’éponge sur quatre candidats ayant tenu des propos islamophobes en est la preuve.
Mais ce beau flou ne saurait durer. Déjà Justin Trudeau, en appelant tard dans la nuit à « l’action climatique », donne des signes de vouloir rassembler les forces progressistes à ses côtés. Le jeu ténu d’un gouvernement minoritaire le force à avoir les idées plus claires et à enfin faire son lit, du moins ose-t-on l’espérer. Le Bloc aussi devra bientôt mieux se définir ainsi que ses objectifs à Ottawa. Le Canada est déjà suffisamment divisé sans qu’on ajoute inutilement à la confusion.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire