mercredi 9 octobre 2019

Bonjour-bonjour

Nous voilà rassurés. 
Le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, également ministre responsable de la Langue française et j’en passe, Simon Jolin-Barrette, a démontré un fin sens de l’humour, vendredi dernier, en évoquant la possibilité de mettre le « Bonjour-Hi » à l’index. Ha ! pensions-nous, impressionnés par ce pince-sans-rire, et aussitôt submergés par le comique de la situation.
La grosse femme de chez Eaton (qui n’est plus grosse depuis longtemps mais l’est restée dans notre imaginaire), après avoir prononcé un retentissant bon-jour, ouvre sa veste de laine et découvre, cousu de fil blanc, un tout petit « hi ». Aux coins de la rue Sainte-Catherine, des commerçants, le chapeau enfoncé jusqu’aux oreilles, distribuent, comme jadis les vieux dissidents soviétiques leur samizdat, des petits cartons pliés en deux : « Venez nous voir. English spoken de 9 h 15 à 9 h 40 ». Le mouvement écolo Extinction Rebellion ajoute une nouvelle corde à son arc en répertoriant tous les mots désormais en voie d’extinction sur la planète : je m’oppose (Chine), basé sur la science (États-Unis), camps de la mort (Pologne), Adolf (Allemagne), hi ! (Québec).
Blague à part. N’eût été l’intervention du premier ministre, il n’est pas dit que le nouveau ministre responsable de la Langue française ne s’engageait pas sur la voie de l’interdiction. « Je pense que je vais devoir traduire cela dans des mesures au cours des prochains mois », disait-il devant les journalistes vendredi. Comme s’il suffisait à M. Jolin-Barrette d’entendre le mot « consensus » pour qu’il ait envie de légiférer. Le réflexe de Pavlov serait-il à l’origine de cet inquiétant comportement ? Ou, comme se demandaient Luc Ferrandez et Alexandre Taillefer à l’émission de Paul Arcand cette semaine, un excès d’ambition ? Le ministre-à-tout-faire du gouvernement Legault a bien réussi son coup pour ce qui est de la laïcité et fait preuve de beaucoup d’entrain pour ce qui est de l’immigration. Jamais deux sans trois ? Serait-il en train de découvrir le triathlète en lui ?
M. Jolin-Barrette a, depuis, repris ses paroles malheureuses en affirmant, lundi, qu’il n’avait pas « l’intention de légiférer ». À la bonne heure. À noter que le ministre n’a pas invoqué le coup de fatigue, ne s’est aucunement excusé pour avoir évoqué une telle énormité, et c’est bien pourquoi il vaut la peine d’en parler. Le Québec n’est pas la Chine, ni même les États-Unis. Aspire-t-on à le devenir ? Comme l’indique la petite liste de mots en « voie d’extinction » citée plus haut, ces deux pays mènent le bal pour ce qui est de l’interdiction de paroles actuellement.
En Chine, dans les jours qui ont suivi la nomination « à vie » du président Xi Jinping, on a proscrit, en plus de « je m’oppose », les expressions suivantes : mon empereur, contrôle à vie, dirigeant incompétent, monter à bord de l’avion (l’expression veut aussi dire « accéder au trône » en mandarin), et toutes références aux oeuvres Animal Farm et 1984 de George Orwell.
Aux États-Unis, l’administration Trump a banni, en prévision de la publication de son premier budget en 2018, les mots diversité, transgenre, droit, foetus, vulnérable, fondé sur des preuves et, bien sûr, « basé sur la science ». Comme quoi il n’y a pas que les communistes qui veulent censurer la réalité pour qu’elle se conforme à l’idéologie dominante. Prenez la Pologne. Une loi votée en 2016 condamne quiconque prononce les mots « camps de la mort polonais » à trois ans de prison. On craint là-bas que les plus jeunes imputent la responsabilité des camps nazis à la Pologne à cause de cette expression.
Dans un registre plus bienveillant, il y a également plusieurs pays qui interdisent l’utilisation de certains prénoms : Adolf mais aussi Gramophone en Allemagne, Nutella, Fraise, Mini Cooper en France, Batman, Burger King, Épinard au Mexique, Marijuana, iMac en Australie… La liste est longue et fort divertissante. Peut-être devrait-on laisser M. Jolin-Barrette s’amuser dans ces eaux-là ? Ça l’occuperait. Ou, tiens, encore mieux : pourquoi ne pas passer une loi obligeant tous les taxis à afficher un beau bonjour sur les parois de leur carrosserie (idéalement rafraîchie) ? Ce fut une idée de génie de la part du regretté Téo Taxi qui devrait être reprise partout — aux frais du gouvernement, évidemment. Dans les boutiques, les autobus, les camions de déneigement, les services d’arrondissement et l’Hôtel de Ville.
On est accueillants au Québec ? Alors, montrons-le. Passons à la « promotion » plutôt qu’à l’interdiction. Partout où il y a (ou avait) des croix, remplaçons-les par le seul signe identitaire digne de ce nom : la langue. Faisons de « Bonjour ! » une marque de commerce déposée. Nike n’a qu’à bien se tenir. Accrochons-le au mont Royal s’il le faut. Soyons des amoureux du Québec les bras grands ouverts plutôt que les fesses serrées.
Nul besoin de proscrire l’anglais pour aimer et protéger le français. Il suffit de l’aimer en masse.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire