mercredi 20 novembre 2019

Une forme d'indifférence

Où est passée la fierté des jeunes Québécois ? La question se pose à la suite du dernier coup de sonde sur la langue, publié plus tôt cette semaine. Selon un sondage mené pour le compte de la Fondation de la langue française (FLF), 70 % des Québécois francophones s’inquiètent de la dégradation de la langue — à l’exception notoire des plus jeunes.
« Il y a le risque de l’indifférence, dit la présidente de la campagne de financement de la FLF, Pauline Marois. On voit que, chez les jeunes, il y a une préoccupation moins grande […] quand on s’adresse à eux en anglais dans un commerce. Ils sont moins portés à réagir. »
Après toutes ces années à s’inquiéter de la « diminution du poids démographique des francophones », de la présence de plus en plus grande d’immigrants, aurait-on omis de se regarder le nombril ? On parle constamment de la « fragilité » du milieu du travail, mais peut-être devrait-on plutôt parler de la fragilité des jeunes devant les réseaux sociaux ? Enfin, je me pose cette question : qu’est-ce qui explique que les jeunes aujourd’hui se contentent de hausser les épaules alors qu’ils descendaient dans la rue il n’y a pas si longtemps, la loi 101 tatouée sur le front ? Au-delà de la perte de ferveur indépendantiste, d’où vient ce flegmatisme identitaire, sinon d’une nouvelle forme d’identité ?
« La langue est le marqueur symbolique de l’identité culturelle », disent les experts qui étudient ces fluctuations. Mais c’est un marqueur qui n’a de sens que si on est plusieurs à y souscrire, que si on fait partie d’un groupe culturel déterminé et, idéalement, bien portant. La langue nous inscrit dans une collectivité alors que les médias sociaux, eux, nous désinscrivent de la collectivité. C’est à titre individuel qu’on existe sur Instagram, MySpace, Facebook, et j’en passe.
On souligne souvent le besoin de la génération montante de se projeter au-delà des frontières géoculturelles, d’être des citoyens du monde avant d’être de bons petits Québécois. On peut se demander si l’espèce d’atomisation personnelle qui s’opère au sein de l’espace informatique ne contribue pas à désengager nos jeunes concitoyens de leur entourage immédiat. Une étude menée en 2012 sur l’usage linguistique des ados québécois sur les médias sociaux est révélatrice à cet égard.
On note, d’abord, que l’engagement des jeunes vis-à-vis du Web social est passablement récent. Alors qu’en 2006 ceux-ci n’étaient toujours pas au rendez-vous, en 2012, soit seulement six ans plus tard, 62 % des jeunes de 12 à 24 ans fréquentaient des sites de réseautage et 74 % clavardaient. On s’imagine aisément qu’en 2019 les chiffres sont plus élevés encore. On note ensuite la différence d’attitude des jeunes francophones face aux médias traditionnels et aux réseaux sociaux. La nette préférence pour le français, lorsqu’il est question de médias traditionnels, s’estompe au profit de l’anglais lorsqu’il est question des médias sociaux.
Sur le Web, la règle d’or est « l’essentiel est de se faire comprendre » bien avant « l’amour et le respect de la langue française ». En d’autres mots, partagés entre sa langue maternelle, « marqueur d’une identité locale », et l’anglais, utilisé partout dans le monde, « marqueur d’une identité globale », on choisit la deuxième option, « cool et branchée ». Et ce, peu importe si on est francophones de souche ou d’adoption, anglophones de souche ou d’adoption, ou encore allophones de souche, les trois grands groupes linguistiques étudiés ici.
Le « positionnement ethnique », le bagage culturel que chacun porte en soi, qui explique qu’on va lire, parler, rêver davantage en français, ou en anglais, ou en plusieurs langues, ce bazar intérieur complexe qui influence chacun de nos gestes dans la vie quotidienne semble être en suspens dans la vie virtuelle.
Il y a une lueur au bout du tunnel cependant. Les filles francophones (de souche) se démarquent par une certaine résistance à l’anglicisation sur le Web. Non seulement parlent-elles davantage français à l’école, en famille et avec leurs amis — il n’y a que dans les commerces que, curieusement, elles cèdent un léger avantage aux garçons francophones (plus capables de s’affirmer ?) —, elles ont aussi davantage conscience de devoir « affirmer l’existence d’une communauté franco sur le Web ». Un autre exemple sans doute du rôle de « gardiennes culturelles » que jouent les femmes depuis la nuit des temps.
Il y a une autre raison d’espérer : « le sentiment d’attachement croît avec l’âge ». Il faut du temps avant de prendre conscience de qui on est et de ce qu’on juge essentiel dans la vie.
Jeunes, on tient pour acquis que ce qui fait partie de notre environnement sera toujours là. Jusqu’au jour où il ne l’est plus, où l’on sent la perte. Ce jour-là, les jeunes Québécois, devenus plus vieux, auront un choix cornélien à faire : se battre pour ce qui les distingue ou continuer à se fondre dans l’universel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire