mercredi 7 février 2018

"Mais, hey, c'est un succès..."

Il aura fallu une jeune femme aux cheveux roses, un anneau dans le nez et les larmes aux yeux pour enfin nous donner l’heure juste. « Je suis brisée par mon métier, j’ai honte de la pauvreté des soins que je prodigue », écrivait sur sa page Facebook Émilie Ricard la semaine dernière.
  Le voici donc, le vrai « visage des soins infirmiers » ne ressemblant en rien à la mine réjouie du ministre de la Santé lorsqu’il nous entretient, lui, de ses prouesses dans le domaine. Comme par hasard, la réforme du système, orchestrée à grands coups de baguette depuis trois ans, revêt une tout autre allure sous la plume de cette jeune infirmière « exténuée » qui songe, comment s’en surprendre, à réorienter sa carrière.
  Avant ce cri du coeur, il était facile de s’en laisser imposer par l’auguste ministre et par des chiffres qui, sans tout dire, indiquent quand même certaines améliorations : 15 % de réduction d’attente dans les urgences et hausse de 30 % des personnes ayant un médecin de famille. Mais pour le reste ? Pour ce qui est du tordage de bras de la loi 20 et du sabrage pantagruélique de la loi 10 — abolition de 18 agences de santé et fusion de 182 autres, abolition des conseils d’administration dans les hôpitaux, des représentants élus par la population et du commissaire à la santé, diminution draconienne des établissements (de 350 à 34) et des administrateurs (de 7000 à 680) —, qui pouvait vraiment dire ? CSSS ou CISSS, qui sait faire la différence ? La bureaucratie étant ce qu’elle est et les professionnels de la santé, souvent peu doués pour l’administration, qui pouvait jurer que ce régime maigreur n’était pas, en partie du moins, indiqué ?
  Alors, merci à Émilie pour sa lanterne. Son texte met à nu, d’abord, les prétentions du ministre concernant le manque de motivation des femmes dans le milieu (médecins comme infirmières). Selon lui, les femmes bouderaient le travail qui leur est offert, ce qui expliquerait une bonne partie de la dysfonction du système. « La balle est dans le camp des infirmières », dira le Dr Barrette en réponse à Émilie — une autre façon de dire « elles ont juste à prendre les postes offerts ».
  Pourtant, cette pénurie, loin d’être un manque d’appétit pour le travail, est une pure fabrication, disent les fondatrices de l’Observatoire infirmier, Marilou Gagnon et Amélie Perron. « Elle est le résultat direct d’une épidémie de congés de maladie, de démissions, d’absentéisme en tous genres, de gel d’embauche, de perte de postes infirmiers, de mises à pied, d’épuisement […] et d’abandon de la profession ».
  Le travail d’infirmière, bastion de femmes s’il en est un, est depuis trop longtemps méprisé dans le système de santé. Le contraste entre le traitement de faveur accordé aux médecins, primes « à la jaquette » et « à la ponctualité », en plus de salaires faramineux, et celui qu’on réserve au personnel infirmier, pour qui les heures supplémentaires obligatoires sont une « mesure complètement normalisée depuis 25 ans », n’aura jamais été aussi criant.
  Malheureusement, Gaétan Barrette n’est pas exactement la personne tout indiquée pour mettre fin à ce deux poids, deux mesures. Si on regarde l’ensemble de son oeuvre, deux choses sautent aux yeux : le traitement de faveur accordé aux médecins et, surtout, la concentration des pouvoirs. Le partage des décisions et la démocratisation des instances ont été sacrifiés au profit d’une concentration des pouvoirs dans les mains du ministre. La pyramide est désormais beaucoup plus petite, mais aussi beaucoup plus pointue — précisément le contraire de ce que devrait être une bonne gestion des affaires publiques, disent les auteurs de Why Nations Fail.
  Selon l’économiste Daron Acemoglu et le politicologue James Robinson, ce qui différencie les pays qui réussissent des pays qui échouent n’est ni la culture, ni la géographie, ni même les richesses naturelles, mais bien la qualité des institutions. « Une nation prospère lorsqu’elle développe des institutions politiques et économiques “inclusives” et elles échouent lorsque ces institutions concentrent le pouvoir et les opportunités dans les mains de quelques-uns ».
  Exactement ce que s’évertue à faire Gaétan Barrette depuis de nombreuses années.
  On sabre les instances démocratiques, on empêche la transparence, on concentre les pouvoirs, on privilégie les plus riches, on méprise, voire on « violente » le personnel infirmier… « mais, hey, dit Émilie, la réforme est un succès ».

Aucun commentaire:

Publier un commentaire