mercredi 11 juin 2014

Droits individuels ou collectifs?

Vous n’arrivez pas à vous former une opinion face au projet de loi fédéral sur la prostitution ? Votre coeur balance face à la proposition du Conseil du statut de la femme sur les conjoints de fait ? Nous pourrions former un club. Le choix est difficile parce que ces deux projets, tout comme la défunte charte des valeurs québécoises, opposent droits collectifs et droits individuels, essentiels, les uns comme les autres. Lesquels, selon vous, doivent primer ? Y a-t-il un roi Salomon dans la salle ?
  Lors du débat sur la charte, la majorité des Québécois francophones penchait nettement pour les droits collectifs. Il fallait se lever de bonne heure, en fait, si on avait la témérité de défendre les droits individuels, interprétés, dans le contexte, comme une gifle à la société québécoise actuelle. Le spectre de signes religieux ramenant à la Grande Noirceur suffisait, très souvent, à barrer la route à toute discussion rationnelle sur les droits de ceux et celles désireux d’afficher leur religion.
  De là à croire que les droits collectifs sont favorisés par les Québécois, il n’y a qu’un pas… à ne pas franchir. Le projet de loi sur la prostitution, basé lui aussi sur une notion de droits collectifs, tout comme celui visant à assujettir les conjoints de fait aux mêmes obligations que les couples mariés, ne bénéficient ni l’un ni l’autre de la même adhésion. Pourtant, en reprenant le modèle suédois de réglementation, le gouvernement Harper défend bel et bien, mais sans doute malgré lui, les droits collectifs des femmes. L’idée de criminaliser le client, mais pas la prostituée, vise non seulement à contrer la notion d’un « métier comme un autre », mais encore davantage l’exploitation sexuelle des femmes. Le fait que les femmes peuvent être réduites à une simple fonction sexuelle est le pivot sur lequel toute oppression féminine est basée. De la même façon que l’esclavage a déshumanisé tous les Noirs, même s’ils n’étaient pas directement concernés, toutes les femmes sont dévaluées à partir du moment où le corps féminin est une denrée achetable. On peut penser que l’existence de la prostitution, même restreinte, rend une véritable égalité hommes-femmes impossible.
  Voilà pour la théorie. Dans la pratique, cette loi, même sans l’encadrement puritain du gouvernement conservateur, ne tient pas la route. Outre le fait qu’elle ajoute à l’insécurité des prostituées, précisément ce qui incommodait la Cour suprême et obligeait le fédéral à revoir sa loi, elle rend quasi impossible le fait de pouvoir gagner sa vie de cette façon. Au nom de l’intention de leur rendre leur dignité et de les protéger, les prostituées n’auraient donc pas droit au travail, la dignité première, et elles seraient plus vulnérables que jamais. Une absurdité. De la même façon que plusieurs Québécois ont remis en question leur adhésion à la charte en apprenant que des éducatrices, des infirmières et des fonctionnaires portant le hidjab perdraient leur emploi, beaucoup de gens, par ailleurs sensibles aux droits de la majorité — et je m’inclus là-dedans — optent alors pour une autre approche, en l’occurrence les droits individuels. La vertu devient un brin odieuse quand elle écrase les gens.
  La même logique peut s’appliquer à la proposition du CSF de traiter les conjoints de fait comme des couples mariés. Si l’on veut défendre les femmes dans leur ensemble, c’est tout indiqué. Les femmes étant de plus en plus nombreuses à vivre en union libre et, surtout, n’ayant pas atteint le même statut professionnel que les hommes, elles sont forcément plus vulnérables en ménage. Mais ce maternalisme bienveillant a aussi pour effet de forcer une application dont bien des femmes, qui ont choisi justement de ne pas se marier, ne veulent pas. C’est prendre le passé, et les vieux stéréotypes qui le sous-tendent, et l’appliquer au futur sans trop d’égards aux changements sociétaux. Le Conseil a prévu, il faut le dire, un droit de retrait pour accommoder les récalcitrant(e)s. Mais vous vous voyez, vous, en début de relation, déclarer au notaire que vous refusez de vous occuper de votre conjoint(e) advenant une séparation ?
  Les droits collectifs, basés davantage sur la théorie que la pratique, sont, règle générale, plus difficiles à défendre. (À noter, d’ailleurs, que les radicaux carburent à la théorie et les modérés, au pragmatisme). Il y a quelques exceptions, c’est sûr, dont la loi 101 où la situation était suffisamment criante pour justifier un bulldozer, le propre des droits collectifs, au détriment de toutes considérations individuelles. Ce n’est pas souvent le cas. La plupart du temps, on le sait, la modération a bien meilleur goût.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire