mercredi 5 septembre 2018

Le mystère des jeunes

C’est la seule grande révélation après 14 jours de campagne : les jeunes, la cohorte des 18-34 ans qui, depuis 50 ans, ont été à l’avant-plan de toutes les « révolutions », les joyeux drilles de tous nos grands bouleversements, ce bataillon-là ne serait plus enclin à voter à gauche. Pire, il démontrerait un net penchant à droite, selon un dernier sondage Léger.
Admettez que la surprise est bien plus musclée que le jeu de saute-mouton de Gertrude Bourdon (dont on parle effectivement beaucoup trop) ou les jurons en ligne de Michelle Blanc (idem). Si on additionne les appuis des jeunes au PLQ (35 %) et à la CAQ (26 %), on obtient près de deux fois le score du PQ (16 %), de QS (8 %) et du Parti vert (9 %) réunis. Misère et boule de gomme.
On sait, évidemment, ce qui a achevé la popularité du Parti québécois auprès de la génération Y : la charte des valeurs, qui a plombé la notion d’un Québec pluraliste, ouvert sur le monde et aux immigrants. Des jeunes qui carburent à Arcade Fire et le rappeur Webster n’ont que faire d’un monde suspicieux à l’égard des Autres. On s’imagine que ce ne sont pas ceux-là, d’ailleurs, qui gonflent les rangs de la Coalition avenir Québec. Mais pourquoi ces brebis égarées lorgneraient-elles le PLQ plutôt que le parti qui affiche tous les jours (sur un podium !) la diversité sexuelle et la jeunesse ? Et j’ai nommé notre petit parti de gauche bien-aimé, de plus en plus respecté, écouté même, mais qui peine toujours à gravir les échelons : Québec solidaire.
Un seul sondage, bien sûr, ne fait pas une élection. Un second sondeur accorderait d’ailleurs la palme à QS auprès des 18-34 ans : 21,7 %. Mais même en voulant davantage boire à la fontaine mainstreet — qui croit également dans le potentiel de mobilisation des solidaires —, il reste que l’attrait de QS auprès des jeunes demeure assez bas, à plus forte raison si on le compare avec le palmé d’or du sondage Léger, le PLQ (35 %). Serait-ce donc le prix à payer pour s’être aventuré là où le PQ n’osait plus tellement frayer ?
D’emblée, les solidaires misaient sur l’indépendance pour susciter plus de faveur auprès des électeurs, du moins ceux pour qui un « projet de pays » rime encore à quelque chose. Visiblement, l’appât n’a pas séduit les plus jeunes qui, on le sait, ont peu d’appétit à cet égard. Mais, à la lumière du sondage toujours, il faut bien conclure qu’on fait face ici à un phénomène qui ne se résume pas simplement à l’indifférence des millénariaux face à l’indépendance et/ou aux questions identitaires. Ni à leur supposé individualisme pur et dur, très de cette époque, où les projets collectifs ne font plus le poids devant les cotes en Bourse.
Et si c’était tout simplement la politique qui ne les intéressait pas ?
Après la démission fracassante du ministre français de l’Environnement, Nicolas Hulot, comment d’ailleurs ne pas sentir un certain dégoût face à la politique telle qu’on la connaît ? À plus forte raison si on est d’âge à rêver de changer le monde. On aura beau tenter de minimiser cette sortie de piste, il reste que M. Hulot a donné à toute démocratie digne de ce nom une leçon de maître. Non seulement a-t-il exposé comme jamais l’indolence crasse face aux questions environnementales, il a mis en lumière cette marche inexorable des « petits pas » qu’emboîte, sitôt le micro trouvé, la classe politique, où qu’elle se trouve. Il a démontré comment aucun politicien, à droite comme à gauche, n’a su résister à « la pression du court terme », reléguant toujours aux calendes grecques les solutions aux horizons lointains. On a collectivement tourné le dos devant la maison qui brûle, la nôtre, dit-il, par manque de courage de s’attaquer au « modèle économique qui est la cause de tous ces désordres ». Mine de rien, au nom des « résultats du prochain trimestre », on a abandonné notre capacité de changer le monde.
Et on se demande pourquoi les jeunes ne rêvent plus de projet de société ? À force de siffler dans le cimetière, de changer de politique comme on change de chemise, de piquer sans vergogne les idées (quand ce ne sont pas les candidats) de ses adversaires, on se lasse à la longue de cette politique qu’on égrène comme un chapelet. Pourquoi même aller voter ? À plus forte raison dans le contexte actuel où les propositions se déboublent et s’entremêlent et où aucun enjeu majeur ne se démarque. Québec solidaire, qui se distingue par sa cohérence et des principes beaucoup mieux définis, aurait intérêt à cesser de rivaliser avec ses adversaires dans cette grande kermesse de propositions et à miser davantage sur les longues vues, en commençant par arrimer ses perspectives économiques, qui font encore beaucoup trop peur, à la sauvegarde de la planète.
La nuit, tous les chats sont gris. C’est l’impression malheureuse qui se dégage de la présente campagne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire