mercredi 2 mai 2018

La rage de la solitude

Au tour de Toronto de pleurer un carnage insensé, la mort de huit femmes et deux hommes, de regarder dans le blanc des yeux son propre « tueur de masse », Alek Minassian, un homme qui n’est pas sans rappeler Alexandre Bissonnette et peut-être surtout Marc Lépine. Même colère. Même besoin de venger par le sang une aliénation sociale et sentimentale. Et, comme Lépine, même besoin de faire porter l’odieux du crime aux femmes, et plus particulièrement au féminisme.
Trente ans après que Marc Lépine eut déclaré que les féministes lui avaient toujours « gâché la vie », le tueur de la rue Yonge proclamait, quelques minutes avant sa cavalcade meurtrière, le début de « la révolution des incels [célibataires involontaires] ». Un appel au soulèvement des hommes victimes du féminisme, en d’autres mots ceux qui se retrouvent aujourd’hui rejetés par des femmes qui n’attendent plus qu’un homme les choisissent. On oublie que ce renversement des rôles est encore tout récent.
Or, l’importance de ce dernier attentat est de justement jeter un nouvel éclairage sur la rage de ces désespérés des temps modernes. Ce qu’Alek Minassian, son modèle Elliot Rodger, un Américain de 22 ans qui a tué six personnes en 2014, et la communauté virtuelle des incels, ces célibataires forcenés qui tiennent les femmes pour responsables de leur impopularité, nous disent, c’est que ce n’est pas tellement les voleuses de jobs qui les font sortir de leurs gonds, mais les empêcheuses de sexualité. Avant d’abattre ses victimes et de se suicider, Elliot Rodger a enregistré une vidéo pestant contre sa virginité forcée et les femmes qui l’avaient rejeté.
J’ai toujours soupçonné que c’est précisément ce sentiment d’être « embarré dehors » de l’affection des femmes, en commençant par celle de sa propre soeur et de sa mère, qui avait poussé Marc Lépine à tuer 14 femmes à l’École polytechnique. En bon défenseur des vieux codes masculins, sans doute n’était-il pas enthousiaste à l’idée de femmes ingénieures non plus. Mais seule une blessure profondément émotive et personnelle peut justifier un tel massacre. Si pour être un « vrai homme », l’obsession des tueurs de masse, il faut, mieux encore qu’un travail, une femme à ses côtés, alors il y a raison de croire que c’est cette désaffection-là, bien avant l’autre, qui les rend fous.
J’ai toujours pensé d’ailleurs que Marc Lépine réagissait au fait que plus il y aurait de femmes fortes et émancipées, moins des hommes nostalgiques de la vieille époque (comme lui) trouveraient preneuses. Dans son esprit, le féminisme le condamnait à la solitude à vie, à une forme de prison. Et voilà qu’aujourd’hui Alek Minassian, Elliot Rodger et les 40 000 masculinistes qui grognent dans les bambous viennent de le dire en toutes lettres, en appelant à la vengeance et au viol des femmes.
Il y a un parallèle à faire ici avec un autre phénomène qui a aussi mis beaucoup de temps à émerger : le mouvement de dénonciation des agressions sexuelles. On serait tenté d’ajouter les révélations troublantes sur les attouchements sexuels entre jeunes enfants dont parlait Le Devoir en fin de semaine. Car ce n’est certainement pas par hasard si les sujets sociaux de l’heure parlent tous de rapports sexuels, qu’ils soient tordus, inexistants ou carrément violents.
Il est de plus en plus clair que le backlash à la libération des femmes se déroule sur le terrain trouble qu’est la sexualité. Alors que tout ce qui se concrétise au grand jour, les nouvelles lois facilitant l’arrivée des femmes sur le marché du travail, leur présence accrue dans quasi tous les domaines… alors que cette progression-là procède plutôt rondement, sans contestation ouverte et toujours appuyée par de larges consensus, les tiraillements vis-à-vis de l’émancipation des femmes — ce qui passe inévitablement par la déhiérarchisation des hommes — se sont canalisés dans les rapports intimes. Dans ce qui ne se voit pas et qui se légifère encore moins et où tous les coups étaient encore, du moins jusqu’à la déferlante des #MoiAussi, permis.
C’est pourquoi le mouvement de dénonciation des agressions sexuelles est un événement particulièrement significatif pour les femmes. À quoi cela sert-il de conquérir la place publique si, en privé, on est constamment rabaissées, humiliées et violentées ? Si on veut réellement assurer l’égalité, voire l’harmonie hommes-femmes, il faut de toute urgence ouvrir les fenêtres des sous-sols, lever le voile sur les supposés « jardins secrets » et scruter de près ce qui se fait sur le Web. La phase II de l’égalité vient de prendre son envol et elle s’annonce plus délicate encore que la première.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire