mercredi 5 avril 2017

Québec Inc., la plaie

S’il y a une vache sacrée au Québec, elle se promène en veston cravate et s’appelle Québec inc. Depuis 50 ans que nous sommes maîtres chez nous, nous avons toujours salué bien bas les entrepreneurs qui ont contribué à rapatrier notre économie et à rehausser notre estime de soi. Jusqu’à dimanche dernier, du moins, alors que 200 manifestants ont craché sur le fleuron de la Couronne, l’intouchable Bombardier. À la suite des augmentations obscènes chez ses dirigeants, la mèche est désormais plus courte face aux bonzes qui se croient tout permis.

Je laisse à d’autres le soin de ramener le roi de l’aérospatiale québécoise dans le droit chemin. Ce qui m’intéresse davantage, c’est plutôt la source de cette avarice éhontée : notre penchant à automatiquement récompenser ceux qui font « rouler l’économie ». Cette façon que nous avons d’en donner toujours davantage aux gens qui en ont déjà bien assez. Nous sommes gagas au Québec pour ceux qui savent ériger leur propre temple de la renommée, ceux-là mêmes qui se retrouveront à la grand-messe du dimanche soir, à l’heure de grande écoute, pour nous en mettre (encore) plein la vue.


Bien sûr, il n’y a pas que Bombardier dans cette galère. Je pense ici à Pierre Lavoie, Ricardo Larrivée et l’architecte Pierre Thibault, qui ont récemment été adoubés par le ministre de l’Éducation pour « repenser » l’école. Grande et noble mission pour « trois vedettes » qui n’ont rien à voir avec l’école proprement dite, outre des prestations hypermédiatisées à l’occasion, qui ne savent pas ce qui s’y fait (vraiment), mais qui arrivent auréolés par l’entrepreneuriat avec un grand E, le marketing à gogo, le branding tous azimuts et la page Facebook qui explose. Les attributs du Québec inc., en veux-tu, en v’là !

« Ils vont venir nous dire que ça prend des écoles mieux aménagées, ouvertes sur la nature, où on crée des espaces de collaboration. On le sait, tout ça »disait cette semaine le président de la Fédération autonome des enseignants, Sylvain Mallette, en soulignant l’insulte faite ici à tous les professionnels de l’éducation qui ont beaucoup plus d’idées sur la question, qui ont longuement réfléchi sur ce que devait être la mission de l’école, mais qui n’ont aucunement été conviés par le ministre.

On boude les véritables artisans, les vrais producteurs de contenu, au profit du béton, des infrastructures et de la poudre aux yeux. On trouve d’ailleurs une autre indication dans le budget Leitão du manque de considération pour les véritables penseurs dans le peu d’argent octroyé au Conseil des arts et des lettres du Québec. La SODEC — qui, elle, soutient les « entreprises » culturelles, des entreprises qui sont censées faire de l’argent — s’en tire un peu mieux. Mais le CALQ, qui finance essentiellement des artistes individuels, parmi les plus pauvres de la société, rappelons-le, est le grand perdant du dernier exercice financier. Il s’agit pourtant de ce qu’il y a de plus vital pour une société, de notre âme en quelque sorte. On se souvient tous de ce qu’aurait dit Churchill au moment où on l’incitait à couper dans les arts au profit de l’effort de guerre : « Alors, pourquoi nous battons-nous ? »

Comprenez-moi bien. Je ne remets pas en question le besoin de trouver de nouvelles idées concernant l’école. Trop de réformes concoctées en vase clos ont trop souvent donné de mauvais résultats. Je ne remets pas non plus en question le besoin de favoriser l’apprentissage en créant des espaces plus conviviaux. À cet égard, Pierre Thibault, bien que n’ayant jamais construit d’école, aurait pu recevoir un mandat ministériel vu son intérêt pour la chose. Un mandat discret, sérieux, plutôt que ce remake saugrenu des Trois mousquetaires qui arrivent avec peu d’idées, mais bon nombre de clichés. « On va faire une différence par notre énergie »disait Ricardo à Anne-Marie Dussault cette semaine.

Encore une fois, personne ne remet en question l’importance pour les enfants de bouger ou de bien manger. Mais n’y a-t-il pas suffisamment d’organismes déjà voués à la cause ? Les YMCA, par exemple, font un extraordinaire travail auprès des enfants, seulement sans fanfare et avec infiniment moins d’argent. Ce qui décourage — presque autant que les sommes faramineuses systématiquement accordées à Bombardier —, c’est l’enthousiasme du gouvernement pour un projet qui tient, pour l’instant, à la seule capacité de ses acteurs de nous éblouir par leur surprésence médiatique.

La question, donc, se pose : à l’heure où l’on cherche à dissocier les « valeurs marchandes » de l’école, à revenir aux valeurs premières du savoir, est-ce vraiment des rois de la mise en marché dont on a besoin ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire