mercredi 5 août 2015

Nos Valeurs

Malgré ses protestations, Gilles Duceppe n’avait pas l’air mécontent de se lancer à l’eau dimanche dernier. On sentait son envie de mordre dans l’os — 78 jours de campagne ininterrompus — le plaisir toujours renouvelé de marteler « nos convictions, nos intérêts, nos valeurs ». Visiblement, le doyen des chefs de parti a du métier, du talent et une forme physique bien au-dessus de ceux du sexagénaire moyen. Mais, bon. Le retour-surprise de l’ex-député de Laurier–Sainte-Marie force un réexamen de l’évolution du Bloc québécois qu’autrement on se serait contenté d’ignorer.

D’abord, le Bloc du début et le Bloc d’aujourd’hui ne sont pas du tout la même paire de manches. Imaginé dans le tumulte politique, l’échec de lac Meech en juin 1990, et conçu « pour ne pas durer », le parti de Lucien Bouchard était une espèce d’arme blanche devant préparer l’accession à la souveraineté. Advenant l’échec référendaire, il devait durer au maximum trois ou quatre ans de plus. Gilles Duceppe prend les commandes à peu près au moment où il aurait fallu penser plier bagage, une perspective qui n’emballe aucun nouveau chef. En plus, 1997 est une année électorale : la hantise vis-à-vis de Jean Chrétien et de sa « loi sur la clarté » font le reste. À partir de ce moment, la défense des « intérêts du Québec » devient la nouvelle raison d’être du Bloc. La machette rutilante de la souveraineté se transforme, sans trop qu’on y pense, en espèce de marteau de la spécificité québécoise. « Pourquoi renoncer à ce que nous sommes ? » comme disait, encore dimanche dernier, le lider maximo du Bloc.

Pour peu réfléchie qu’ait été cette transformation, portée d’année en année par une crise politique après l’autre, elle comporte un volet intellectuel important : l’institutionnalisation d’un parti indépendantiste à Ottawa envoie aussi le message que l’indépendance, loin d’être inévitable, n’est peut-être même pas nécessaire. De la même façon que le mouvement souverainiste a eu comme effet pervers de nous donner l’indépendance d’esprit, la liberté d’être et d’exprimer qui nous sommes, mais sans passer par un siège aux Nations unies, la présence continue du Bloc à Ottawa est une façon d’encourager ad nauseam le beurre et l’argent du beurre. Rappelons que 70 % de ceux qui ont voté « oui » en 1980 et 63 % des souverainistes de 1995 espéraient « demeurer une province canadienne ».

Ce que je dis, c’est que la tendance à s’en tenir aux préliminaires, sans jamais aller jusqu’au bout, est un travers québécois que le mouvement souverainiste de la première heure a reproduit plus ou moins consciemment. En se présentant à Ottawa, plutôt qu’à Québec où doit forcément se faire l’indépendance, Gilles Duceppe, malgré toutes ses qualités, encourage ce travers. De plus, pour justifier cet excentrique détour, il doit sans cesse raviver le spectre du méchant Ottawa, indifférent à notre sort ou, pire, complotant dans notre dos. Alors que peu de Québécois se voient aujourd’hui comme des porteurs d’eau, le Bloc continue à dandiner le fretin mort de notre humiliation constante. Quand est-ce que ça va finir ? Dieu sait que le mouvement souverainiste mérite mieux, une raison d’être moins cheap et des arguments plus vigoureux, ancrés dans la réalité d’aujourd’hui.

Sans minimiser les différences culturelles qui séparent le Québec du Canada, qu’elles sont, au fait, les valeurs, les intérêts, voire les convictions qui nous sont propres ? Outre bien entendu la question de la langue, de la survie culturelle ou encore, de la souveraineté — qui, je le répète, se règlent à Québec et non à Ottawa. L’environnement ? La justice sociale ? L’immigration ? Le développement économique ? La sécurité ? Selon que vous êtes à droite ou à gauche du spectre politique, vous trouverez chaussure à votre pied sur toutes ces questions dans l’un ou l’autre parti fédéral. La leçon des dernières élections n’a-t-elle pas précisément été le remplacement de la vieille tension fédéraliste-souverainiste par une dynamique gauche-droite ? Stephen Harper et son conservatisme radical obligent. Tant qu’à ne pas faire l’indépendance, se sont dit bon nombre de Québécois, aussi bien s’investir dans le pays de façon utile. Comme par hasard, le choix des Québécois a privilégié le parti, le NPD, dont les valeurs sont à peu près exactement — mise à part la question de l’indépendance — celles du Bloc.

M. Duceppe peut toujours croire que les Québécois ont simplement craqué pour les beaux yeux de Jack Layton. À mon avis, c’est une erreur de jugement qui aujourd’hui se conjugue à une erreur de parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire