dimanche 17 août 2014

Gaza: alerte à la crise de conscience



Les morts et la destruction à Gaza sont bien sûr stupéfiants. Les calamités ne se comptent plus en commençant par la torture du jeune Palestinien brûlé vif, en représailles pour la mort des trois adolescents israéliens, le déclencheur des dernières hostilités entre frères ennemis. Mais parallèlement à la destruction d'édifices et de vies humaines, cette guerre est en train de créer un autre type de dommage collatéral qui est, lui aussi, saisissant: la crise de conscience de ceux et celles qui appuient la notion d'un État juif, et de son droit à se défendre, seulement, pas à n'importe quel prix.

Je parle de la gauche israélienne mais aussi d'une bonne partie de la diaspora juive ainsi que de leurs sympathisants (dont je suis). Puisqu'il y a presqu'autant de Juifs en Amérique du nord qu'en Israël (près de 6 millions dans les deux cas), on parle ici de centaines de milliers de personnes qui, en ce moment, vivent une crise existentielle, une espèce de "paralysie" pour citer une amie juive, qui pourrait bien marquer un tournant dans les annales du sionisme. Cette paralysie consiste à être à la fois pro Israël et horrifié par ce qui se passe, partagé entre ne voulant pas porter flanc aux accusations envers l'État hébreu, qui fleurent parfois l'antisémitisme ("Mort aux Juifs", scandaient des manifestants à Paris récemment), mais incapables d'entonner désormais les justifications d'usage, qu'ils s'agissent des méthodes "terroristes" du Hamas ou les célèbres préavis donnés par Israël avant de bombarder. 

"Lorsqu'il est sûr que la population civile va y goûter, écrit le rédacteur en chef du  quotidien israélien, Haaretz, la distinction entre tuer intentionnellement ou non intentionnellement n'a plus aucun sens". L'ex-directeur du American Jewish Congress, une des plus importantes organisations juives américaines, Henry Siegman, va encore plus loin: "Si c'est ce qu'il faut faire pour la survie d'Israël, si le rêve sioniste est désormais basé sur le massacre d'innocents, comme on peut voir aujourd'hui à la télévision, alors la crise dans laquelle nous nous trouvons -- tous ceux qui se sont engagés dans la création de l'État d'Israël et de son succès-- est extrêmement grave". 

Cette crise morale est exacerbée du fait que la notion de deux États parallèles, le baume suprême, la récompense longtemps promise pour apaiser les deux factions, est en train de mordre la poussière. Jamais à portée de main, l'idée d'une cohabitation pacifique juive-palestinienne est plus illusoire que jamais.  "Avec ce qui passe, on ne veut même pas vivre sur la même planète", de dire un Gazaoui au correspondant britannique Paul Mason. Du côté israélien, l'extrême-droite, de plus en plus présente, parle ouvertement de créer des "camps" de purification ethnique.  Pour la première fois, dit un journaliste du quotidien The Guardian, Jonathan Freedland, les sionistes libéraux de ma trempe comprennent que la solution à deux États n'éxiste pas, "pas parce que les dirigeants politiques n'y ont pas suffisamment travaillé, mais parce qu'elle ne peut probablement pas fonctionner".

Je me suis rendue une seule fois en Israël, en 2001, à l'invitation d'un organisme juif. J'ai été frappé de la vitalité de l'endroit malgré le fait que le pays soit assis sur une bombe. Malgré un contexte politique extrêmement différent, j'ai toujours pensé que le Québec était bien placé pour comprendre Israël. Deux petites nations qui, en principe, ne devraient pas être là mais qui perdurent malgré tout. Deux anomalies géopolitiques pour qui la survivance est la clé de voûte de sa politique mais aussi de sa grande créativité culturelle.  La survivance, la notion que l'existence n'est pas acquise, n'est pas une notion qui est imprégnée dans le tissu social de la majorité des pays. Mais au Québec et en Israël, si. Ça ne veut pas dire fermer les yeux sur des crimes de guerre --car ils en sont, peu importe si le Hamas est une ordure ou pas-- mais ça veut dire comprendre que la situation est loin d'être noir et blanc. La tradition juive, comme l'écrivait Pierre Nepveu dans ces pages, est aussi celle de la pensée critique et d'un grand humanisme.

Cette crise morale explique en partie pourquoi ce qui se passe à Gaza aujourd'hui n'est pas simplement une autre manche de la danse macabre qui oppose Israéliens et Palestiniens depuis 30 ans. À cause des médias sociaux, à cause des bavures, à cause de l'isolement du Hamas mais peut-être surtout à cause du refroidissement vis-à-vis d'Israël, la donne est en train de changer. L'État hébreu à beau s'être trouvé des alliés dans les pays voisins, une partie substantielle de ses forces vives à l'intérieur comme à l'extérieur du pays lui tourne le dos. Ça n'augure malheureusement rien de bon.

                                                                                                 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire